Contenu

Le téléphone au volant

 

Téléphoner en conduisant détourne obligatoirement l’attention, "kit mains-libres" ou pas. En France, près d’1 accident corporel sur 10 est lié à l’utilisation d’un téléphone portable en conduisant. L’usage du téléphone portable au volant multiplie par 3 le risque d’accident. Quant à la rédaction d’un message au volant, elle multiplie le risque d’accident par 23 !

Lorsqu’on consulte son smartphone au volant, la chaîne des 4 étapes (percevoir, analyser, décider, exécuter) est ralentie.
Ce qui entraîne :

  • une diminution des capacités d’action sur le véhicule (diriger le véhicule, changer de vitesse ou actionner le clignotant, etc.) ;
  • un temps de réaction réduit de moitié et de fait, un allongement des distances d’arrêt ;
  • une forte baisse de la perception, de la compréhension, et de l’anticipation de la situation environnante.

C’est pourquoi l’usage d’un téléphone tenu en main en conduisant est interdit.

Est également interdit, depuis le 1er juillet 2015, le port à l’oreille, par le conducteur d’un véhicule en circulation, de tout dispositif susceptible d’émettre du son, à l’exception des appareils électroniques correcteurs de surdité. Cela interdit notamment les oreillettes permettant de téléphoner ou d’écouter de la musique.

Rappelons que conduire avec un téléphone à la main ou en portant à l’oreille un dispositif audio de type écouteurs, oreillette ou casque est passible :

  • d’une amende forfaitaire de 135 € ;
  • d’un retrait de 3 points du permis de conduire.
Le saviez -vous ?

Aux États-Unis, le téléphone au volant est devenu la principale cause de mortalité chez les adolescents. Une étude menée par le Centre Médical Cohen pour l’Enfance, de New York, montre qu’ils sont 3 000 jeunes à décéder chaque année, la rédaction de SMS en conduisant en étant la cause.

En savoir plus (…)