Politique de la ville


© Fred - Fotolia.com

La politique de la ville est une politique de cohésion urbaine et sociale, et de solidarité nationale envers les quartiers défavorisés.

Certains quartiers concentrent les difficultés sociales. Globalement, le chômage y est plus important ; les niveaux de ressources y sont plus faibles ; le niveau de formation moins important que sur le territoire qui les environnent.

La politique de la ville tend à réduire ces écarts par la mise en place d’actions renforcées ou spécifiques qui mobilisent les pouvoirs publics (Etats, communes, communautés de communes, conseil général, conseil régional), les organismes (Pôle Emploi, la CAF, ARS, Caisse des dépôts et consignations, les bailleurs sociaux) et le monde civil (associations, habitants). C’est bien souvent parmi ce dernier que l’on trouve une dynamique forte et des exemples de réussites qui peuvent constituer un moteur pour faire bouger les choses.

La politique de la ville s’applique sur des territoires bien identifiés, ou territoires prioritaires (renvoi vers le 2), et se met en place sous la forme d’un programme de rénovation urbaine (PRU) (renvoi vers le 5) et d’un contrat partenarial : contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) (renvoi vers le 3) qui fixe les axes prioritaires d’intervention : cadre de vie, emploi et développement économique, éducation, santé, culture, prévention de la délinquance.

A l’issue d’une vaste concertation nationale « Quartiers, engageons le changement » qui s’est déroulée entre octobre 2012 et janvier 2013, une nouvelle étape de la politique de la ville est engagée. Une loi viendra modifier les territoires prioritaires actuels et replacer les CUCS et les PRU par des contrats de villes qui entreront en application au 1er janvier 2015. Cette réforme vise :

  • à donner une meilleure lisibilité à la politique de la ville ;
  • à concentrer les moyens vers les quartiers et optimiser les leviers d’action publique dans le cadre d’une démarche intégrée ;
  • à favoriser l’association des habitants aux politiques qui les concernent et combattre les discriminations dont ils sont victimes.