Contenu

Sécheresse : les mesures applicables à compter du 14 septembre 2020

 


La situation hydrologique du département très fortement dégradée depuis la fin du mois de juillet a peu évolué. Les quelques précipitations reçues la deuxième quinzaine d’août n’ont pas suffi à inverser la tendance. La grande majorité des bassins (14 sur 18) est en situation de crise. Les prévisions météorologiques montrant une remontée des températures et une absence de précipitations laissent à penser que la situation de sécheresse extrême devrait encore perdurer au cours des semaines à venir.

C’est pourquoi un nouvel arrêté préfectoral de constat de franchissement de seuils sera applicable à compter du 14 septembre 2020. Ce nouvel arrêté est en adéquation avec le suivi hydrologique réalisé en continu par les services de l’État. Il actualise les mesures de restriction des usages de l’eau sur les 3 bassins dont la situation hydrologique a évolué.

 

Le suivi hydrologique, réalisé en continu par les services de l’État, a mis en évidence une aggravation de la situation sur l’ensemble du département. Les 18 bassins versants du département ont en effet franchi un seuil d’alerte dont 14 bassins en seuil de crise

La situation est la suivante :

- Seuil d’alerte  : l’Ouche amont – Suzon – Vandenesse et l’Ouche aval

- Seuil d’alerte renforcée : la Bèze – Albane et la Laignes – Petite Laignes,

- Seuil de crise : la Saône, la Tille aval – Norges, la Vingeanne, la Vouge, la Bouzaize – Lauve – Rhoin – Meuzin, la Cent-Fonts, la Biètre, la Dheune, l’Arroux – Lacanche, le Serein -Romanée, l’Armançon – Brenne, la Seine et l’Ource – Aube.

Dans ce contexte, le Préfet a signé un arrêté préfectoral de constat de franchissement de seuils applicable à compter du 14 septembre 2020


Professionnels et collectivités locales

Sur ces bassins (en orange ou rouge sur la carte), des mesures de restriction d’usage pour les activités agricoles, industrielles ou les golfs sont donc mises en place.

L’irrigation agricole dans les secteurs en crise reste possible avec restrictions horaires pour les cultures sensibles au stress hydrique (maraîchage essentiellement) et les cultures pouvant bénéficier d’une dérogation du préfet (notamment oignons, pommes de terre et maïs ensilage). Par ailleurs, l’arrosage des cultures, à partir des réserves dûment autorisées par le préfet pour l’irrigation agricole, est autorisé sans restriction horaire quel que soit le seuil atteint.


Particuliers, associations et collectivités

Les mesures de restrictions générales déjà en vigueur qui intéressent principalement les particuliers et les collectivités sont maintenues en place sur l’ensemble du département.

L’ensemble de ces mesures de restriction a pour objectif de garantir la pérennité des usages prioritaires que sont l’alimentation en eau potable des populations, l’abreuvement des animaux et la lutte contre les incendies.

Ces mesures de restriction doivent également appeler l’attention de chaque usager, y compris les plus faibles consommateurs, sur la rareté de l’eau et inciter les plus importants à s’engager dans des démarches d’économie.

Ces mesures sont susceptibles d’évoluer en cas d’aggravation de la sécheresse.

 
 

Documents associés :

A lire aussi :