2019

Contenu

Lutter contre l’Ambroisie en Côte-d’Or

 

L’ambroisie : une plante invasive et allergisante

L’ambroisie est une plante annuelle envahissante, dont le pollen est à l’origine de fortes réactions allergiques.

L’allergie à l’ambroisie apparaît après plusieurs années d’exposition à son pollen.

Quelques grains de pollens par mètre cube d’air sont suffisants pour déclencher des manifestations allergiques : rhinites, conjonctivites, trachéites, avec dans 50 % des cas, l’apparition de l’asthme ou son aggravation.

Le pic de pollinisation se situe à la fin du mois d’août voire au mois de septembre.

 

Pourquoi lutter contre l’ambroisie ?


Très envahissante, l’ambroisie est en pleine progression dans notre région. Elle colonise tous les milieux et se propage essentiellement du fait des activités humaines : chantiers, déplacements de terre, de matériaux… Les localisations se retrouvent principalement sur les accotements routiers et les parcelles agricoles.

Le nombre de personnes sensibles croît en fonction de l’importance de l’exposition.

L’objectif de la lutte est donc de réduire l’exposition aux pollens par l’élimination de la plante.

Comment lutter contre l’ambroisie ?


  • les préfets de département arrêtent les mesures à mettre en œuvre sur leur territoire en fonction du contexte local, et notamment du niveau de présence des ambroisies et du type de milieux infestés (sols agricoles, bords de route, zones de chantier, terrains de particuliers…) ;
  • les collectivités territoriales peuvent participer à la mise en œuvre des mesures définies par le préfet, notamment en désignant un ou plusieurs référents territoriaux dont le rôle est, en particulier, de repérer la présence de ces espèces, de participer à leur surveillance et d’informer les personnes concernées des mesures de lutte pouvant être appliquées sur leurs terrains ;
  • chaque particulier ou chaque entreprise privée est susceptible d’être concerné pour mettre en œuvre des mesures permettant de lutter contre cette infestation. L’arrachage de pieds d’ambroisie doit s’effectuer avant la floraison, soit jusqu’au mois de juillet. De plus, lors de l’arrachage il est important de prendre les mesures nécessaires pour éviter tout contact avec l’ambroisie (gants, masque…).



La coordination des acteurs


La préfecture de la Côte-d’Or a réuni mercredi 10 juillet les partenaires du plan de prévention et de lutte départemental contre l’ambroisie.

Cette réunion a permis à la Fédération régionale de lutte contre les organismes nuisibles (FREDON) de Bourgogne de présenter l’état des lieux des localisations de la plante, sur la base des données de la plateforme de signalement ambroisie.

La surveillance est réalisée par la délégation de Bourgogne du Conservatoire botanique national du bassin Parisien et la cartographie nationale est mise à jour une fois par an sur le site du ministère de la Santé. La Côte-d’Or se situe sur un front de colonisation de l’ambroisie, qui remonte depuis la Saône-et-Loire. Le risque de dissémination est sous-évalué.

77 communes ont déjà désigné 114 référents, et deux communautés de communes ont désigné 4 référents intercommunaux.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté a présenté pour sa part les enjeux sanitaires de la lutte contre l’ambroisie, et le plan d’action départemental défini par l’arrêté préfectoral du 18 juillet 2018 et une instruction interministérielle du 20 août 2018.

La priorité est de fédérer les acteurs autour d’un plan de lutte coordonnée, animé par la FREDON :

  • les collectivités pour la désignation des référents territoriaux, aux niveaux intercommunal et communal et la mise en œuvre de la surveillance et de la lutte sur leur territoire ;
  • les gestionnaires routiers et d’infrastructures ;
  • les acteurs de la profession agricole.

Les autres partenaires concourent au dispositif en informant leurs réseaux, notamment sur l’existence de la plateforme de signalement grand public ambroisie..





Modalités de signalement



Liens utiles